Comment entretenir mon tricot en laine ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉 Aujourd’hui, je vais vous parler de laine.

Un peu d’histoire

Je tricote depuis de nombreuses années, et j’ai toujours vu ma mère et mes grands-mères tricoter. Ce que je peux dire de ma vision d’enfant c’est que pour elles, l’arrivée des laines synthétiques notamment l’acrylique et le polyester vers les années 50 a révolutionné la façon dont elles ont considérés le tricot. Il n’y avait plus d’enfants qui rechignent à porter des pulls qui « grattent », plus de difficulté pour le lavage. Elles étaient en pleine période de libération des droits de la femme et de l’arrivée massive de l’électroménager dans les maisons, notamment avec la machine à laver. C’est pourquoi ma mère m’a toujours vanté ses matières et j’ai appris le tricot avec elle. Dans les années 60, on peut considérer que la laine avait perdu 40% de son prix d’achat. Cette matière était de moins en moins valorisée.

Scheveningen Woman Knitting Vincent Van Gogh 1881
Scheveningen Woman Knitting Vincent Van Gogh 1881

Il est vrai que chaque génération discute les vérités acquises par les générations précédentes et je ne fais pas exception à la règle. Il faut bien de quoi animer les repas de famille !

De nombreux arguments me font me questionner sur ces matières issus de l’industrie pétrochimique : impact sur la santé et rejets toxiques des usines. De plus, au lavage, les textiles acryliques rejettent une grande quantité de fibres synthétiques (microfibres) que les stations d’épurations ne sont pas capables de filtrer et qui ont des conséquences nocives pour les milieux aquatiques.

Retour aux sources

Loin d’être parfaite en terme d’écologie, j’essaye de faire ma part comme dirait le mouvement colibri. C’est pourquoi orienter mes achats dans des matières aussi locales que possible et naturelles me semble logique quand on parle de loisirs créatifs. Vous allez me dire que les matières naturelles et locales n’ont pas le même prix qu’une matière synthétique fabriquée à des milliers de kilomètres de chez moi. Je suis d’accord, mais j’ai décidé d’appliquer les mêmes principes que ceux que j’ai pour ma consommation quotidienne : je consomme moins mais mieux et ainsi, je ne trouve pas d’impact sur mon budget.
Bien sûr, je n’ai pas la réponse à tout, et je continue à utiliser des matières synthétiques soit provenant de mon stock, soit des produits que je considère comme de qualité mais venant de loin.

C’est pourquoi j’ai testé le tricot avec de la laine 100% mouton. En ce moment, j’utilise celle de Laines à l’Ouest , laine que je vous propose dans mes kits Tricot mitaines Kaouenn.

Une question qu’on me pose souvent et qui est un frein pour beaucoup, c’est: Comment entretenir mon tricot en laine ?

Propriétés de la laine

Parlons tout d’abord des propriétés de la laine pour comprendre comment l’entretenir. La laine est composée d’écailles tout comme les cheveux. Grâce à cette particularité, elle peut absorber jusqu’à 30% d’humidité pour l’évacuer ensuite. En effet, les écailles sont hydrophobes, c’est à dire qu’elles repoussent l’eau, et le noyau est hydrophile, c’est à dire qu’il capte l’eau. En fonction de la température, les écailles s’ouvrent ou se ferment : c’est pourquoi on dit que les vêtements en laine respirent, ils permettent à l’organisme de se maintenir à une température idéale. C’est aussi cette propriété qui fait que la laine ne retient que très peu les odeurs.

À cause de ses écailles, un tricot en laine ne doit pas être exposé à des changements de températures trop brusques, comme dans une machine à laver. La chaleur fait s’ouvrir les écailles. Si le refroidissement est trop brusque, les écailles se lient les unes au autres et le feutrage se produit.

Fibre de laine au microscope

Je vous ai un peu parlé des pulls Aran, les pulls traditionnels irlandais, dans mon article où je vais expliquer comment tricoter avec des aiguilles circulaires. Ce pull était réalisé dans des mailles très serrées, ce qui lui permettrait de pouvoir faire face à la rudesse du climat. Il est rapidement LE pull des marins des îles d’Aran. Il faut savoir que originellement, la laine brute était le composant principal du pull. Cette laine brute était non traitée afin de garder la lanoline. Je vous vois arriver ! Qu’est ce que la lanoline ? La lanoline est la graisse de la laine (un peu comme le sébum chez nous) qui renforce l’imperméabilité. Inconvénient d’une laine brute, c’est qu’elle reste plus ou moins odorante.
De nos jours, la laine est lavée et triée avant d’être filée. Néanmoins, elle conserve ses qualités de matière respirante.

Laine superwash

Un autre type de laine existe : c’est la laine superwash. Cette laine est censé pouvoir être lavée à la machine à laver. Que rêver de mieux et pourquoi s’embêter avec un lavage spécifique ?

Rendre une laine superwash nécessite un traitement chimique en usine. Plusieurs méthodes existent :

  • La première méthode consiste à enrober la fibre dans un bain polymère ou de résine pour aplanir les écailles,. Cet enrobage empêche ainsi les écailles de se frotter et de se lier les unes aux autres et donc de feutrer au lavage.
  • La deuxième méthode est de donner à la fibre un bain acide (un bain de chlore) pour éliminer les écailles. Un autre traitement crée un revêtement synthétique qui rendra la laine plus résistante aux changements de température. Là encore, ce traitement limitera les frottements, et donc le fait que la laine ne feutre et ne rétrécisse.
  • La troisième méthode est le traitement Kroy-Ercosett. Il consiste à combiner le traitement au chlore et l’application d’un bain de résine de polymère (résine d’Ercosett). Cela donne un fil très rond et plus fin qu’un fil classique. Ce procédé a l’avantage d’absorber extrêmement bien les colorants. Les personnes qui font de la teinture plébiscitent cette méthode.

Bien évidemment, en enlevant la surface écailleuse de la fibre, on lui enlève ces propriétés hydrophobes et respirantes. Alors certes les traitements que la laine subit lui apporte des avantages mais c’est comme si la laine avait été plongée dans un bain pour la recouvrir de plastique. Elle n’est plus pareil au toucher et perd un peu de son intérêt en ne réagissant plus à son environnement. Il est urgent de se rappeler à quel point la nature est bien faite et qu’il n’est pas toujours nécessaire d’intervenir !

Entretenir ses tricots en laine

Après une explication sur comment est constituée la fibre de laine, je vous propose un focus sur son entretien. Je vous propose de lire cet article très intéressant de Laines Paysannes au nom évocateur de ARRÊTONS DE LAVER NOS VÊTEMENTS, ou comment entretenir sa laine.

Ce que j’en retiens :

  • En observant notre façon de fonctionner, il est totalement vrai que nous mettons parfois des vêtements à laver sans qu’ils ne soient vraiment sales.
  • Laver ses vêtements génère de la pollution, même en utilisant des lessives écologiques (énergie, rejets de microfibres et de teintures…).
  • Avant de laver son tricot, il faut vérifier qu’il soit vraiment sale. Ce n’est pas par manque d’hygiène, mais rappelons que la laine naturelle possède des écailles qui s’ouvrent et se ferment en fonction de la température et de l’humidité. Souvent il suffira de secouer votre pull et de l’aérer, et il s’auto-nettoiera dans une certaine mesure.
  • Le reste du temps pour laver un tricot en laine, il faut le faire à froid. La majorité des machines à laver propose ce type de programme. Utiliser une lessive à laine ou bien une lessive fait maison, c’est encore plus facile ! Le séchage devra être fait de préférence à plat, sur une serviette en coton par exemple, et pas trop proche d’une source de chaleur (radiateur, cheminée, etc…) pour éviter que le tricot ne rétrécisse.

La laine est une matière vivante et c’est ça qui l’a rend si magique. Profitez-en !

See you!

Sources:

Aiguilles circulaires, comment les utiliser en tricot ?

Temps de lecture : 6 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
Après mon premier tutoriel sur le tricot où je vous parlais des mailles et comment démarrer un tricot avec des aiguilles droites, je vais vous parler aujourd’hui des aiguilles circulaires.

Pour ma part, depuis toujours, j’ai tricoté avec des aiguilles droites, et ce n’est que récemment que j’ai découvert les aiguilles circulaires. Donc je voulais vous en parler car j’adore désormais cette technique qui permet d’avoir un tricot sans couture et également de faire des petits ouvrages avec peu de mailles, comme des mitaines ou des chaussettes.

Mitaine Kaouenn Claddagh and co

Le principe

Le principe est simple : au lieu de tricoter à plat, nous allons tricoter en rond et donc obtenir des « tubes ». On passe en quelque sorte de la 2D à la 3D.

Ce qui m’a aidé au début, c’est de visualiser un ressort. Nous allons tricoter en faisant des tours en spirales comme ceci :

Ressort spirale

Pull Aran

Cette technique de tricot en rond est très caractéristique des tricots traditionnels irlandais, dont les pulls Aran plus particulièrement.
Les îles d’Aran sont trois îles rocheuses situées à l’embouchure de la baie de Galway, à l’ouest de l’Irlande.
Je trouve ses pulls magnifiques et remplis de symbolisme. Initialement, les pulls Aran sont ceux des familles de pêcheurs et donc étaient et sont tricotés avec de la laine brute qui permettait d’avoir une parfaite isolation tout en laissant respirer la peau.

Aran Sweater Market

Chaque famille avait ses propres symboles :

  • La torsade : représente les cordages des pêcheurs et symbolise la chance ;
  • L’arbre de vie : symbolise l’unité de la famille et du clan ;
  • Les losanges : représentent les petits champs de l’archipel et symbolisent la réussite et la richesse.

Et chaque famille utilisaient certains points de tricot :

  • Point de blé : représente l’algue utilisée pour fertiliser les terres ou les lichens aux vertus médicinales — en tant qu’habitant d’îles les produits de la mer sont très utilisés — et symbolise la nature ;
  • Point nid d’abeille : représente le dur labeur dont sont l’exemple, les abeilles ;
  • Point treillis : sont les petits carrés de terre séparés par des pierres sur les îles d’Aran ;
  • Point de vannerie : symbolise la change qui est donné au pêcheur pour capturer des poissons ;
  • Point zig-zag : représentent les sentiers tortueux des îles ;
  • Point de la Trinité : symbolise la Sainte Trinité et représente aussi les fruits cueillis sur les haies.


Comment ne pas imaginer mille histoires devant un tel paysage 💚 :

Murets sur Inisheer, îles d'Aran

Tricoter avec des aiguilles circulaires

Avec toute cette symbolique qui a du vous faire rêver, j’espère vous donner un peu de cette passion du tricot qui m’anime. Passons maintenant à la technique.

Le matériel

Pour commencer, il vous faut des aiguilles circulaires. Au début, j’ai acheté par souci d’économie des aiguilles circulaires les moins chères possibles, mais j’ai eu du mal à les prendre en main, car le câble était trop rigide, et les aiguilles ne glissaient pas correctement.

Après avoir lu pas mal de comparatif, je me suis tournée vers la marque KnitPro,et j’en suis complètement satisfaite : les aiguilles en bois sont légères, glissent parfaitement et le câble est souple. Mais elles ont un inconvénient à mon avis : leur lieu de fabrication car la majorité provient de Chine.

Aiguilles circulaires KnitPro

Étant dans une démarche de consommation la plus éco-responsable possible, ce fait me dérange.
En perpétuelle recherche d’amélioration et de produits locaux, j’ai entendu parler des aiguilles de la marque ADDI, fabriquées en Allemagne. J’attends de pouvoir les tester et je vous ferais un retour.
Mon idéal serait de trouver un producteur français d’aiguilles à tricoter donc si tu te reconnais ou si tu veux partager tes bonnes adresses, n’hésites pas à commenter, j’échangerais (et testerais) avec plaisir !

Monter les mailles

Alors, maintenant que nous avons le bon matériel, il faut commencer notre tricot. Dans mon précédent article « C’est quoi une maille ?« , je vous expliquais comment monter des mailles sur des aiguilles droites. La technique est quasiment identique avec les aiguilles circulaires.

Montage de mailles par Claddagh and Co

Commencez par sortir une bonne longueur de fil de votre pelote et pliez-la en deux. Puis faites un triangle avec la laine grâce à votre pouce et votre index de la main gauche.

Montage de mailles par Claddagh and Co

Rabattez ensuite le fil tenu par votre main droite au milieu de vos doigts de la main gauche.

Montage de mailles par Claddagh and Co

Retenez le fil de la main gauche, grâce à votre annulaire et auriculaire de la main gauche. Vous pouvez ensuite attraper votre aiguille circulaire avec votre main droite et la glisser sous le fil autour du pouce de votre main gauche.

Montage de mailles par Claddagh and Co

Attrapez le fil autour de l’index de la main gauche.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Passez le fil dans la boucle du pouce.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Tirez sur les fils.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Félicitations : vous avez obtenu une première maille.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Ecartez de nouveau les deux brins de laine avec votre pouce et votre index de la main gauche.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Après cela, passez votre fil entre votre pouce et votre index de la main gauche.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Piquez avec votre aiguille tenue dans la main droite, sous le fil du pouce de la main gauche.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Attrapez ensuite le fil autour de votre index et ramenez-le dans la boucle du pouce.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Tirez les fils

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Effectivement, vous obtenez ainsi une deuxième maille.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Utilisez la même technique pour obtenir le nombre de mailles souhaitées. A ce stade, il n’y a pas de différence avec le montage sur aiguilles droites. Vigilance : pensez à bien positionner les mailles sur les aiguilles circulaires. Néanmoins, il faut qu’elles soient bien à plat, sinon vous risquez de torsader votre tricot autour de vos aiguilles en tricotant votre prochain rang.

Tricoter avec les aiguilles circulaires

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Premièrement, répartissez ensuite vos mailles sur les aiguilles circulaires de façon à avoir une sorte de triangle comme l’image ci-dessus. Attention à laissez vos mailles bien à plat.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Tricotez votre maille pour fermer le cercle. C’est la première maille du deuxième rang. Rappelez-vous du schéma de spirale un peu plus haut pour visualiser correctement.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Continuez de tricoter votre deuxième rang, vous pouvez positionner un anneau marqueur sur la maille de début de rang pour repérer les tours que vous faites.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Au bout d’un moment, vous aurez terminé de tricoter toutes vos mailles de votre aiguille gauche. Il va falloir faire glisser vos aiguilles circulaires pour faire avancer votre travail. Toutefois il faut faire attention les premières fois, vous risquez de perdre des mailles sur vos aiguilles.

Montage aiguilles circulaires claddagh and co

Faites de nouveau sortir votre câble à deux endroits pour répartir vos mailles et former de nouveau une sorte de triangle. Et voilà, vous êtes prêts pour continuer à tricoter en rond.

See you !

Sources :

Tutoriel pompon koulin le lapin

Temps de lecture : 3 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
En ce moment, ici, c’est le grand amour des lapins. Favorisé par le visionnage du film « Comme des bêtes », Pompon est le personnage favori de notre fille 🐰🐰🐰.
Au point où elle en veut un à la maison, c’est en cours de négociation 😂.
Donc, Captain Pompon c’est lui :

Captain Pompon

Et, ça a été une bonne inspiration pour une activité à faire avec les enfants.

Nous voilà donc parti pour fabriquer un lapin en pompon, koulin en breton !

⚠️ Attention, des petites pièces sont nécessaires pour faire ce bricolage, ne convient pas aux enfants de moins de 3 ans.

Le matériel :

  • Kit à pompon (pour plus de facilité, sinon un bout de carton pas trop rigide du type boîte de céréales)
  • Du carton pour faire les oreilles du lapin (type boîte de céréales par exemple)
  • Un feutre rose
  • De la laine blanche
  • 2 petits boutons noirs pour les yeux et 1 petit bouton rose pour le nez
  • Une paire de ciseaux
  • Le gabarit
Matériel nécessaire au lapin en pompon

Le gabarit:

Le tuto :

La première étape est de faire les pompons, de 90mm et 70mm de diamètre. Pour ce faire, j’utilise un kit à pompons trouvé sur le site buttinette, mais vous pouvez utiliser les modèles fournis dans le gabarit en téléchargement. Il suffit de les découper dans du carton type carton de boîte de céréales, de mettre les deux cercles ensemble, puis de couper un rayon pour les ouvrir afin de pouvoir passer le fil à travers.

Set de pompon Buttinette

Enroulez d’abord le fil autour du carton ou du gabarit, jusqu’à laisser une petite ouverture au centre.

Faire un pompon

Il reste ensuite l’étape délicate du découpage. Passez le bout des ciseaux à travers la laine et entre les deux cercles de carton ou du gabarit et découpez tout le tour en maintenant les fils du centre avec votre autre main.

Faire un pompon

Passez ensuite un fil entre les deux cercles de carton ou du gabarit et nouez-le.

Pompon

Votre premier pompon est maintenant prêt.

Deux pompons

Faites de même avec le pompon plus petit. Assemblez ensuite les deux pompons ensemble à l’aide d’une aiguille à laine.

Lapin en pompon

Faites colorier les gabarits des oreilles par vos minis ! Découpez-les et collez-les sur un carton type boîte de céréales. Découpez le centre. Vous obtenez les oreilles de Koulin le lapin à passer entre les deux pompons.

Il reste à coudre les boutons pour les yeux et le nez. Voilà votre lapin prêt pour de nouvelles aventures !

See you !

C’est quoi une maille ?

Temps de lecture : 4 minutes

Coucou mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
J’ai décidé aujourd’hui de vous proposer un tutoriel pour débuter le tricot, c’est à dire pour « monter les mailles » sur votre aiguille. Mais au fait, c’est quoi une maille ?

Et bien, quand on tricote, on part d’une pelote de laine, et donc d’un fil pour fabriquer une étoffe. C’est le même principe que pour le tissage, qui lui utilise deux sortes de fabrications :

  • Le « chaîne et trame » est l’appellation qui correspond à tout ce qui est tissé sur un métier. Une fois le fil de chaîne installé, une navette passe sur ou sous les fils de chaîne pour former l’étoffe. C’est un tissu qui ne se détend pas en général. A l’exception du jean stretch, grâce à l’ajout d’élasthanne dans la trame. On peut reconnaître ce type de tissu grâce au motif crée, voici un exemple :
  • La maille, quant à elle, n’utilise qu’un seul fil qui à chaque rang, vient s’accrocher au rang précédent par un système d’entrelacs, ce qui lui donne élasticité et souplesse. C’est le principe du tricot. On reconnaît ce tissu, outre le fait qu’il se détende, au motif bien particulier :

Si vous regardez les vêtements que vous portez, vous verrez la différence. Je vous parlerais dans un autre article, du droit fil dans un tissu, du pourquoi et du comment y faire attention pour couper ses pièces de patron.

Les mailles sont, donc, des boucles passées l’une dans l’autre. Les mailles actives sont tenues sur des aiguilles jusqu’à ce qu’elles puissent être bloquées par le passage d’une nouvelle maille à travers elles.

Pour démarrer votre ouvrage, il va donc falloir apprendre à « monter vos mailles » sur l’aiguille. Je vais vous donner une méthode. Vous pourrez en trouver d’autres.

Continuer la lecture de « C’est quoi une maille ? »