Comment faire ma lessive moi-même ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉 Aujourd’hui, je vous parle d’une habitude que nous avons pris pour limiter nos déchets et faire des économies. Depuis environ un an et demi, nous fabriquons notre lessive nous même.

Pas besoin d’être chimiste, ni sorcière pour vous lancer 😀, il vous faut juste un peu de matériel et c’est parti.

Le matériel

Je vous conseille de prendre du matériel qui sera dédié à la fabrication de vos produits ménager. Vous aurez besoin pour démarrer :

  • un grand faitout ou un chaudron de sorcière 🧙‍♀️😂,
  • une grande cuillère,
  • éventuellement des gants,
  • un entonnoir,
  • un bidon ou un contenant qui sera uniquement dédié à la lessive,
  • 3 litres d’eau,
  • 30g de savon de Marseille en copeaux ou alors il vous suffit de le râper, préférez le savon à l’huile d’olive plutôt qu’à base d’huile de Palme qui va se solidifier en refroidissant.
  • 30g de savon noir,
  • 60g de bicarbonate de soude,
  • 80g de cristaux de soude.
Lessive maison

La recette de la lessive maison:

Le principe de cette recette c’est : SIMPLICITE ! Nous n’avons pas envie de nous prendre la tête, il nous faut juste 15 min pour préparer la lessive.

Attention: faites les manipulations dans un endroit aéré et porter des gants.
Ne jamais laisser un enfant sans surveillance avec les produits utilisés.

étapes de la lessive maison

D’abord, il faut mettre l’eau dans votre faitout et la faire bouillir.

Savon de Marseille

Ensuite, il faut la retirer du feu, et y jeter d’abord votre savon de Marseille, puis le savon noir. Bien mélanger pour faire fondre le savon avec la chaleur.

Bicarbonate de soude et cristaux de soude


Ajouter y ensuite délicatement le bicarbonate de soude et les cristaux de soude, et bien mélanger pour dissoudre les poudres.

lessive maison

Il ne vous reste plus qu’à laisser refroidir et ensuite à mettre dans un récipient.


Pensez bien à l’étiqueter, attention ça reste un produit ménager, certaines précautions sont à prendre, notamment à laisser hors de portée des enfants.

Pour le dosage, je vous conseille de faire comme avec votre lessive habituelle. Pour notre part, nous utilisons une boule doseuse conservée d’un ancien bidon de lessive classique.

Et les tâches ?

Et les tâches me direz-vous, comment les faire disparaître ? Nous avons 2 enfants en bas âge donc les tâches, ça nous connaît. Comme beaucoup de monde, j’ai reproduit les gestes vus chez mère: c’est à dire, les pots de poudre détachante, la célèbre boîte rose si vous voyez ce que je veux dire 😉. Et puis, j’ai réfléchi à leurs impacts sur l’environnement et je me suis renseignée sur les solutions alternatives.

Nous avons pu tester le nettoyage, des tâches d’herbes sur les pantalons, des tâches de purées de carottes, des traces de feutres en tout genre, de peintures…
Pour ma part, j’utilise des serviettes hygiéniques lavable et il faut que le nettoyage soit efficace.


Je vous donne quelques conseils issus de notre expérience:

  • Nettoyer la tâche le plus tôt possible! Vous gagnerez en énergie. Votre enfant rentre de l’école avec des tâches ? Si vous vous en occupez 3 jours après la tâche sera sèche et aura du mal à partir.
  • Pour toutes les tâches, vous pouvez frotter avec un savon de Marseille. Nous achetons des grandes barres que l’on coupe et stocke dans des bocaux, c’est économique et nous nous en servons pour tout, même pour notre vaisselle et notre toilette !
  • Utiliser de l’eau froide pour nettoyer le sang, car l’eau chaude le fixe.
  • Pour le linge blanc, nous utilisons le percarbonate de soude, soit directement dans la machine, soit nous laissons tremper le linge dedans quelques heures avant de le passer à la machine avec notre lessive habituelle. Le mieux c’est ensuite de pouvoir les faire sécher au soleil, les tee-shirts jaunis de mon mari n’y résistent pas!
  • Pour les tâches vraiment récalcitrantes, j’ai un savon détachant acheté en magasin bio.

Lavage du linge délicat et des lainages

Avant de vous lancer dans le lavage de votre tricot, je vous invite à lire mon article Comment entretenir mon tricot en laine ?.
Si vous estimer que votre tricot doit être lavé, je vous donne quelques astuces à appliquer aussi pour le linge délicat.

Propriétés des cristaux de soude et du bicarbonate de soude


D’abord, la recette de lessive maison que je vous propose au-dessus n’est pas adapté à ce type de textiles. En effet, le bicarbonate de soude et les cristaux de soude sont trop agressifs et peuvent à long terme abîmer et feutrer votre tricot.
Les cristaux de soude permettent de dissoudre les graisses et éliminer le calcaire, ils sont bien utiles dans une lessive maison. Ils ont cependant pour effet de blanchir les couleurs des tissus fragiles et abîmer les fibres de la laine.
Le bicarbonate de soude sert à éliminer le calcaire et a en plus une action abrasive. Il a tendance à faire feutrer la laine.

La recette de la lessive pour le linge délicat

Il vous faut tout simplement :

  • 3 litres d’eau,
  • 30g de savon de Marseille à l’huile d’olive en copeaux ou que vous râpez,
  • 30g de savon noir.
savon noir liquide fer à cheval

Faites bouillir l’eau et hors du feu mettre le savon de Marseille et le savon noir.
Bien mélangez pour bien dissoudre le savon. Laissez refroidir et mettre dans un contenant.

Pensez bien à l’étiqueter, attention ça reste un produit ménager, certaines précautions sont à prendre, notamment à laisser hors de portée des enfants.

Voilà, avec ses différentes astuces vous pourrez entretenir votre linge et venir à bout de la plupart des tâches.

N’hésitez pas à me donner vos retours !

See you !

Comment entretenir mon tricot en laine ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉 Aujourd’hui, je vais vous parler de laine.

Un peu d’histoire

Je tricote depuis de nombreuses années, et j’ai toujours vu ma mère et mes grands-mères tricoter. Ce que je peux dire de ma vision d’enfant c’est que pour elles, l’arrivée des laines synthétiques notamment l’acrylique et le polyester vers les années 50 a révolutionné la façon dont elles ont considérés le tricot. Il n’y avait plus d’enfants qui rechignent à porter des pulls qui “grattent”, plus de difficulté pour le lavage. Elles étaient en pleine période de libération des droits de la femme et de l’arrivée massive de l’électroménager dans les maisons, notamment avec la machine à laver. C’est pourquoi ma mère m’a toujours vanté ses matières et j’ai appris le tricot avec elle. Dans les années 60, on peut considérer que la laine avait perdu 40% de son prix d’achat. Cette matière était de moins en moins valorisée.

Scheveningen Woman Knitting Vincent Van Gogh 1881
Scheveningen Woman Knitting Vincent Van Gogh 1881

Il est vrai que chaque génération discute les vérités acquises par les générations précédentes et je ne fais pas exception à la règle. Il faut bien de quoi animer les repas de famille !

De nombreux arguments me font me questionner sur ces matières issus de l’industrie pétrochimique : impact sur la santé et rejets toxiques des usines. De plus, au lavage, les textiles acryliques rejettent une grande quantité de fibres synthétiques (microfibres) que les stations d’épurations ne sont pas capables de filtrer et qui ont des conséquences nocives pour les milieux aquatiques.

Retour aux sources

Loin d’être parfaite en terme d’écologie, j’essaye de faire ma part comme dirait le mouvement colibri. C’est pourquoi orienter mes achats dans des matières aussi locales que possible et naturelles me semble logique quand on parle de loisirs créatifs. Vous allez me dire que les matières naturelles et locales n’ont pas le même prix qu’une matière synthétique fabriquée à des milliers de kilomètres de chez moi. Je suis d’accord, mais j’ai décidé d’appliquer les mêmes principes que ceux que j’ai pour ma consommation quotidienne : je consomme moins mais mieux et ainsi, je ne trouve pas d’impact sur mon budget.
Bien sûr, je n’ai pas la réponse à tout, et je continue à utiliser des matières synthétiques soit provenant de mon stock, soit des produits que je considère comme de qualité mais venant de loin.

C’est pourquoi j’ai testé le tricot avec de la laine 100% mouton. En ce moment, j’utilise celle de Laines à l’Ouest , laine que je vous propose dans mes kits Tricot mitaines Kaouenn.

Une question qu’on me pose souvent et qui est un frein pour beaucoup, c’est: Comment entretenir mon tricot en laine ?

Propriétés de la laine

Parlons tout d’abord des propriétés de la laine pour comprendre comment l’entretenir. La laine est composée d’écailles tout comme les cheveux. Grâce à cette particularité, elle peut absorber jusqu’à 30% d’humidité pour l’évacuer ensuite. En effet, les écailles sont hydrophobes, c’est à dire qu’elles repoussent l’eau, et le noyau est hydrophile, c’est à dire qu’il capte l’eau. En fonction de la température, les écailles s’ouvrent ou se ferment : c’est pourquoi on dit que les vêtements en laine respirent, ils permettent à l’organisme de se maintenir à une température idéale. C’est aussi cette propriété qui fait que la laine ne retient que très peu les odeurs.

À cause de ses écailles, un tricot en laine ne doit pas être exposé à des changements de températures trop brusques, comme dans une machine à laver. La chaleur fait s’ouvrir les écailles. Si le refroidissement est trop brusque, les écailles se lient les unes au autres et le feutrage se produit.

Fibre de laine au microscope

Je vous ai un peu parlé des pulls Aran, les pulls traditionnels irlandais, dans mon article où je vais expliquer comment tricoter avec des aiguilles circulaires. Ce pull était réalisé dans des mailles très serrées, ce qui lui permettrait de pouvoir faire face à la rudesse du climat. Il est rapidement LE pull des marins des îles d’Aran. Il faut savoir que originellement, la laine brute était le composant principal du pull. Cette laine brute était non traitée afin de garder la lanoline. Je vous vois arriver ! Qu’est ce que la lanoline ? La lanoline est la graisse de la laine (un peu comme le sébum chez nous) qui renforce l’imperméabilité. Inconvénient d’une laine brute, c’est qu’elle reste plus ou moins odorante.
De nos jours, la laine est lavée et triée avant d’être filée. Néanmoins, elle conserve ses qualités de matière respirante.

Laine superwash

Un autre type de laine existe : c’est la laine superwash. Cette laine est censé pouvoir être lavée à la machine à laver. Que rêver de mieux et pourquoi s’embêter avec un lavage spécifique ?

Rendre une laine superwash nécessite un traitement chimique en usine. Plusieurs méthodes existent :

  • La première méthode consiste à enrober la fibre dans un bain polymère ou de résine pour aplanir les écailles,. Cet enrobage empêche ainsi les écailles de se frotter et de se lier les unes aux autres et donc de feutrer au lavage.
  • La deuxième méthode est de donner à la fibre un bain acide (un bain de chlore) pour éliminer les écailles. Un autre traitement crée un revêtement synthétique qui rendra la laine plus résistante aux changements de température. Là encore, ce traitement limitera les frottements, et donc le fait que la laine ne feutre et ne rétrécisse.
  • La troisième méthode est le traitement Kroy-Ercosett. Il consiste à combiner le traitement au chlore et l’application d’un bain de résine de polymère (résine d’Ercosett). Cela donne un fil très rond et plus fin qu’un fil classique. Ce procédé a l’avantage d’absorber extrêmement bien les colorants. Les personnes qui font de la teinture plébiscitent cette méthode.

Bien évidemment, en enlevant la surface écailleuse de la fibre, on lui enlève ces propriétés hydrophobes et respirantes. Alors certes les traitements que la laine subit lui apporte des avantages mais c’est comme si la laine avait été plongée dans un bain pour la recouvrir de plastique. Elle n’est plus pareil au toucher et perd un peu de son intérêt en ne réagissant plus à son environnement. Il est urgent de se rappeler à quel point la nature est bien faite et qu’il n’est pas toujours nécessaire d’intervenir !

Entretenir ses tricots en laine

Après une explication sur comment est constituée la fibre de laine, je vous propose un focus sur son entretien. Je vous propose de lire cet article très intéressant de Laines Paysannes au nom évocateur de ARRÊTONS DE LAVER NOS VÊTEMENTS, ou comment entretenir sa laine.

Ce que j’en retiens :

  • En observant notre façon de fonctionner, il est totalement vrai que nous mettons parfois des vêtements à laver sans qu’ils ne soient vraiment sales.
  • Laver ses vêtements génère de la pollution, même en utilisant des lessives écologiques (énergie, rejets de microfibres et de teintures…).
  • Avant de laver son tricot, il faut vérifier qu’il soit vraiment sale. Ce n’est pas par manque d’hygiène, mais rappelons que la laine naturelle possède des écailles qui s’ouvrent et se ferment en fonction de la température et de l’humidité. Souvent il suffira de secouer votre pull et de l’aérer, et il s’auto-nettoiera dans une certaine mesure.
  • Le reste du temps pour laver un tricot en laine, il faut le faire à froid. La majorité des machines à laver propose ce type de programme. Utiliser une lessive à laine ou bien une lessive fait maison, c’est encore plus facile ! Le séchage devra être fait de préférence à plat, sur une serviette en coton par exemple, et pas trop proche d’une source de chaleur (radiateur, cheminée, etc…) pour éviter que le tricot ne rétrécisse.

La laine est une matière vivante et c’est ça qui l’a rend si magique. Profitez-en !

See you!

Sources:

Couvre-livre en tissu

Temps de lecture : 4 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver! 🙂
Le rentrée est passée, j’espère qu’elle s’est bien passée chez vous. Les fournitures scolaires sont arrivées dans les cartables. Toujours dans notre optique zéro déchet comme notre utilisation de furoshikis, je vous propose aujourd’hui un tutoriel pour fabriquer un couvre-livre en tissu. A vos machines à coudre pour donner un peu de pep’s aux manuels scolaires un peu fatigués de vos bambins 😉.

Le matériel

  • Un coupon de tissu pour la couverture et un pochette intérieur
  • Un coupon de tissu pour la doublure et une pochette intérieur
  • Du thermocollant
  • Un ruban assorti à vos tissus

Les mesures pour le couvre-livre

La première étape est de mesurer votre livre. D’abord, le tour :

Vous obtenez ainsi la largeur x.

Puis, mesurez la hauteur :

Domitille de pressensé

Vous obtenez ainsi la hauteur y.

Mesurez l’intérieur de la couverture et divisez-la par deux pour obtenir la dimension z.

Le patron

patron claddagh and co
1 pièce à couper dans le tissu de couverture, 1 pièce à couper dans le tissu de doublure
patron Claddagh And Co
2 pièces à couper dans le tissu de couverture
Patron Claddagh And Co
2 pièces à couper dans le tissu de doublure

Le tuto du couvre-livre

La deuxième étape est de couper vos pièces de tissu selon le patron.

Tartan
Tartan

Si nécessaire, posez du thermocollant au dos du tissu de couverture pour donner plus de rigidité.

Thermocollant

Vous pouvez également le personnaliser votre tissu de couverture avec du flex ou bien en le brodant. Si votre tissu s’effiloche, surfilez les bords, si vous n’avez pas de surjeteuse vous pouvez utiliser le point zigzag de votre machine à coudre.

Préparez ensuite un ruban assorti de la hauteur y de votre livre et y ajouter environ 8 cm.

Tuto Claddagh And Co

Ensuite, pliez les pièces des pochettes en 2 et repassez-les pour marquer le pli central.

Tissu pochettes

Une fois ceci fait, surpiquez le bord. Vous pouvez choisir une couleur de fil qui tranchera avec la couleur du tissu ou le fil de la même couleur.

Surpiqûres

Après, épinglez les pièces des pochettes ainsi que le ruban sur le tissu de la doublure.

Couvre-livre

Coudre ensuite les pochettes et le ruban avec la doublure.

Couvre-livre

Puis, épinglez le tissu de couverture endroit contre endroit. Attention à replier le ruban pour ne pas le prendre dans une couture.

Tuto Claddagh And Co

Ensuite, cousez tout le tour en laissant une ouverture de 10 cm environ pour le retourner et couper les angles.

Tuto Claddagh And Co

Finalement, retournez par l’ouverture.

Couvre-livre Claddagh And Co

Repassez si nécessaire. Il ne vous reste plus qu’à glisser le livre dans le couvre-livre.

Couvre-livre
Couvre-livre

Et voilà, Bonne lecture à vos enfants !

Couvre-livre personnalisé

See you !

Trapilho ou comment recycler un tee-shirt ?

Temps de lecture : 3 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
En cette période de confinement, je me suis décidée à fabriquer des masques barrières pour mon entourage. Dans mon optique zéro déchet et après plusieurs tests, j’ai décidé d’utiliser des liens pour les masques que je couds. Je trouve cette façon de les porter plus confortable. C’est naturellement que j’ai voulu les fabriquer, je me suis alors tourner vers le trapilho.

Qu’est ce que le trapilho ?

C’est un fil de jersey de coton roulotté. On peut l’acheter sous forme de pelotes ou bien le fabriquer soi-même à partir de tee-shirt de coton.
Ce fil de tissu roulotté est connu sous divers appellations : lirette, trapilho, fettuccia, zpagetti, t-shirt yarn. Il est issu du recyclage des lisières et surplus de tissus travaillés dans les entreprises de confection textile. De par ce recyclage, il évite ainsi le gaspillage.

Il est très facile à crocheter ou tricoter pour réaliser des projets du type corbeille ou tapis. Pour cela, il faut utiliser un crochet de 10 mm ou des aiguilles à tricoter de 20 mm. On peut également facilement le tisser ou le tresser.
Je vais vous expliquer comment on le fabrique simplement à partir de vieux tee-shirt. C’est l’occasion de faire du tri dans les placards.

Comment le fabriquer ?

Le matériel :

  • de vieux tee-shirt, de préférence 100% coton, sans couture sur les côtés , ni logo dans la zone basse ;
  • une règle ;
  • une paire de ciseaux ;
  • un fer à repasser.
Transformer un tee-shirt 100% coton en trapilho

Repassez votre tee-shirt. Tracez un trait reliant les dessous des manches.

Transformer un tee-shirt 100% coton en trapilho

Coupez la partie basse. On va utiliser seulement cette partie pour le projet.

Transformer un tee-shirt 100% coton en trapilho

Coupez l’ourlet du bas qui ne sera pas utilisé : vous obtenez un tube de tissu. Retournez-le de manière à avoir les trous du tube à gauche et à droite.

Fabriquer du trapilho

Repliez la partie basse du tissu de 2/3 vers le haut.

Fabriquer du trapilho

Vous devez faire des découpes tous les 3cm. Aidez-vous de la règle pour faire des marquages en bas du tissu.

Fabriquer du trapilho

Ne coupez pas jusqu’en haut, laissez environ 3 cm en haut.

Fabriquer du trapilho

Une fois terminé, ouvrez le tissu.

Fabriquer du trapilho

Vous devez ensuite faire les découpes en spirale. Commencez en diagonal, et continuez comme ci-dessous.

Un fois le fil obtenu, il suffit de tirer légèrement dessus pour le faire roulotter. Il suffit ensuite d’enrouler votre pelote.

Roulotter du jersey

Choisissez plutôt des tee-shirt XL, voir plus, pour avoir des pelotes plus grandes.

Pelotes de trapilho

Amusez-vous bien avec ce fil pour vos créations 🧶.

See you soon !

Panier en tissu : le tutoriel

Temps de lecture : 4 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
Aujourd’hui, je vous propose LE tuto à avoir sous le coude selon moi : celui du panier en tissu. Dans l’objectif zéro déchet, je m’en sers souvent comme cadeau de naissance, accompagné de lingettes, idéal pour débarbouiller bébé ou pour le change. Cela fonctionne dans la salle de bain, pour le démaquillage mais aussi comme vide-poche. De plus, c’est l’accessoire idéal pour limiter le coton et pour utiliser votre chutes de tissu. Alors, lancez-vous et réalisez ce panier.

Panier en tissu : parfait pour un cadeau

Le matériel :

  • 2 coupons de tissu aux dimensions 45 X 30 cm
  • 1 morceau de thermocollant 45 X 30 cm (pas indispensable mais votre panier se tiendra mieux avec)
  • 1 feuille de flex de découpe pour personnaliser le panier (facultatif)

Mettez en place le morceau de thermocollant au dos d’un des morceaux de tissu, et repassez-le.
Ensuite, surjetez ou surfilez au point zigzag vos deux coupons de tissu si celui-ci s’effiloche.

Coupons de tissu surjetés

Pliez en deux le tissu thermocollé, dans le sens de la longueur, et placez le nom découpé dans du flex à environ 7 cm du bas. Si vous n’avez pas de machine à découpe, je vous conseille le tuto de Dodynette.

Repliez le coupon de tissu thermocollé, endroit contre endroit et cousez les côtés comme indiqué par les flèches.

Pliez le second coupon de tissu endroit contre endroit dans le sens de la longueur. Ensuite, cousez les côtés en laissant une ouverture d’une dizaine de centimètres sur un des côtés.

Commencez à former le panier avec le coupon de tissu thermocollé.

Formez des triangles avec les angles. Puis, tracez un trait à 5 cm de l’angle.

Cousez sur le trait.

Découpez l’angle à 1 cm de la couture.

Surjetez ou surfilez au point zigzag si nécessaire.

Faites de même pour l’autre angle de ce coupon, et pour les deux angles de l’autre coupon de tissu. En fonction de votre tissu, si il n’est pas très rigide, vous pouvez vous aider de l’épingle et du fer à repasser pour marquer les plis.

Vous obtenez un angle identique, après avoir cousu, découpé et surjeté ou surfilé.

Enfilez les deux morceaux endroit contre endroit. Puis cousez le haut.

Sortez ensuite l’intérieur.

Retournez complètement le panier.

Refermez le trou par lequel vous avez retourné le panier par une couture invisible.

Finalement, repliez le haut du panier et voilà, c’est terminé !

Voilà votre panier en tissu terminé

Vous pouvez faire d’autres modèles avec des tissus différents. Par exemple, avec du tissu polaire en microfibre extra-douce (tissu doudou).

Panier en tissu polaire en microfibre extra-douce

Autre exemple avec la couverture une face polaire en microfibre extra-douce et une face tissu lange, voilà le cadeau de naissance idéal.

Cadeau de naissance idéal : une couverture une face polaire en microfibre extra-douce et une face tissu lange

See you !