Bilan zéro déchet 2020

Temps de lecture : 7 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver! 😀
Comme l’année dernière avec mon bilan zéro déchet, j’avais envie de vous partager l’évolution de nos pratiques. Cette année exceptionnelle avec ses multiples confinements / déconfinements a plutôt été un accélérateur de notre évolution vers une consommation plus responsable et zéro déchet.
Je sais que nous ne sommes pas en janvier, saison propice au bilan! Et alors ?
Pour ma part, l’énergie d’Ostara me pousse à faire le “grand ménage”, aussi bien dans ma maison que dans ma tête, c’est pourquoi j’avais envie d’écrire ce bilan maintenant. 🙃

Les courses

Pour commencer, nous avons évoluer sur la façon de faire nos courses.
Nous continuons notre transition vers plus de fait-maison afin de limiter nos déchets. Tout n’est pas parfait, nos poubelles sont encore trop remplies à mon goût, et on continue à manger un fast-food de temps en temps, mais on s’améliore.

Nous consommons majoritairement des produits locaux et de saison. Nous faisons nos courses avec une A.M.A.P. une fois par semaine, nous y achetons nos légumes, nos fruits, notre charcuterie, notre viande (nous n’en consommons pas à chaque repas, mais elle est de bien meilleure qualité !), nos oeufs, des yaourts, du lait cru de ferme, une partie de l’épicerie (huile, vinaigre, plantes pour infusions, légumes lacto-fermentés), des bières, du miel et des glaces. Le petit plus, nous pouvons ramener certains emballages qui sont nettoyés et remis dans le circuit. Nous avons de la chance car ils ont beaucoup de produits disponibles, et nous avons une place. Notre A.M.A.P est désormais fermée pour les nouvelles inscriptions, victime de son succès !

Pour ce que nous ne trouvons pas avec notre A.M.A.P, nous allons au marché. Nous avons la chance d’avoir un camion vrac Mamie Mesure dans le Bourg, nous pouvons y trouver des pâtes, des gâteaux pour l’apéro, du chocolat en poudre, de la farine, du sucre, des pépites de chocolat, des céréales pour le petit déjeuner. Nous emmenons nos bocaux et c’est parti !

Mamie mesure dans le bourg


Dans notre marché, nous trouvons aussi du fromage, de la crème, des pâtes fraîches, les fruits qu’on ne peut pas avoir par notre AMAP.

J’espère me passer de plus en plus du supermarché, mais il est encore nécessaire pour certains achats, comme le beurre que nous ne trouvons pas en vrac, car, ici, en Bretagne nous ne trouvons que du beurre demi-sel que mon compagnon n’aime pas.

La cuisine

cuisine

Nous continuons d’aller à la boulangerie pour acheter notre pain, mais depuis le premier confinement, nous faisons régulièrement du pain maison. Nous utilisons la recette de baguette express du blog Casserole & Chocolat. Elle est très facile et rapide à faire, je vous la conseille.

Pain recette du blog Casserole & Chocolat

Je fais des yaourts maison depuis l’achat d’une yaourtière depuis 3 ans environ. J’ai eu du mal à trouver la bonne recette, et la texture ferme que nous aimons. Au final, chez nous, ce qui fonctionne le mieux c’est le lait cru de la ferme que nous achetons à notre A.M.A.P.. Il n’y a rien à faire avec le lait pasteurisé, la texture est trop liquide pour nous !

Ferments pour yaourts

Je profite de ce lait aussi pour faire un délicieux riz au lait selon la recette du Companion de Moulinex.

riz en vrac

Un de nos petits échecs pour le zéro déchet est le charbon de bois Binchotan car nous n’avons pas apprécié les utiliser pour purifier l’eau.
Nous avions, il y a quelques années, la célèbre carafe filtrante Brita. J’ai vu les risques liés aux filtres de la carafe si ils ne sont pas changés à temps, nous l’avons donc abandonnée.
Nous testons en ce moment les perles céramiques, à voir si nous tiendrons assez longtemps sans repasser aux bouteilles d’eau en plastique…

Nous avons également fait nos confitures cette année grâce aux fruits du jardin mais aussi grâce aux fruits achetés sur un verger à moins de 10 km de chez nous.

Confitures maison

L’hygiène de la maison

Comme je vous disais dans notre précédent bilan, nous avons commencé à faire nos produits ménager maison depuis la lecture du livre Famille presque zéro déchet ze guide . Je suis assez fière de vous dire que plus d’un an après nous conservons cette habitude pour la lessive, le spray nettoyant au vinaigre et le lavage des toilettes. Nous n’avons cependant pas relancé la fabrication de tablettes lave-vaisselle, ni de liquide vaisselle car notre recette pour le lave-vaisselle blanchissait la vaisselle, et le liquide vaisselle maison ne dégraissait pas assez. Nous utilisons à la place du savon de marseille , et du liquide vaisselle acheté en vrac auprès de mamie mesure dans le bourg, notre camion vrac du marché.

Savon fer à cheval

Les cosmétiques

Une grande évolution depuis l’année dernière, ma fille est devenue propre ! Ce qui veut dire plus de couches jetables dans la poubelle. J’avoue que si c’était à refaire, je serais passée par des couches lavables.

Dans le registre règles, après un essai non concluant de la cup menstruelle, j’ai décidé de tester dans un premier temps les serviettes lavables. Je m’en suis cousue moi-même et j’ai trouvé ça très pratique pour le début et la fin des règles. J’ai trouvé ça moins adapté pour les autres jours, je continuais donc à utiliser des serviettes jetables. Depuis plusieurs mois, j’ai acheté des culottes menstruelles et ça a été la révélation ! J’ai pris celles de la Culotte Parisienne, et je me demande pourquoi je n’ai pas sauté le pas plus tôt tellement c’est confortable !

Côté hygiène, c’est très simple : un savon de Marseille pour moi, et un savon au lait d’ânesse pour mes filles et mon mari souffrant d’eczéma. Nous achetons ce savon à une éleveuse qui se situé à moins de 10km de chez nous.

Je n’ai pas trouvé d’alternative au shampoing liquide. Les shampoings solides que nous avons testé abîment nos cheveux et ceux de nos filles.

Côté dentifrice, mon mari a testé les dentifrices Endro. De mon côté, je suis actuellement sur un dentifrice en poudre Per Blan.

Bilan des travaux de la maison

Cette année, nous avons fait installé une cheminée dans notre maison. En plus du côté très convivial, cela nous a permis de limiter notre consommation de fioul.

Feu de cheminée

Nous avons aussi travaillé sur l’isolation de la maison pour éviter les déperditions de chaleur, afin de limiter notre impact sur l’environnement.
Nous sommes en cours d’aménagement d’une cave, afin de mieux conserver les bocaux que nous faisons ainsi que nos légumes.

Bilan du jardin

Cette année, avec les différents confinements, nous avons passé beaucoup plus de temps dans notre jardin que les années précédentes. Nous y avons donc beaucoup plus travaillé, avec quelques belles réussites à la clé.

Nous avons étudié les grands principes de la permaculture, et nous continuons à faire évoluer le potager cette année.

Autre évolution pour cette année, la préparation d’un poulailler, car nous allons bientôt adopter des poules. La première étape reste la transformation d’une vieille cabane pour enfant en poulailler.

Futur poulailler

Depuis 5 ans, nous compostons nos déchets. Une partie de ce que nous compostons habituellement nous servira à nourrir les poules.

Bilan consommation de tissus

En grande fan de loisirs créatifs, comme le tricot, la broderie et la couture, je veux également vous parlez de ma consommation de matières première.
J’ai pour objectif d’utiliser un maximum de matériel de seconde main. On m’a d’ailleurs offert de très beaux articles cette année.

J’ai reçu également de vieux draps en coton et lin, que j’ai utilisé pour faire des couvre-livre brodé, ce qui m’a permis de tester la teinture végétale .

Broderie arbre de vie

J’ai également cousu des sacs à vrac toujours utiles pour les cadeaux, pour stocker le pain ou pour faire les courses en vrac.

sac à vrac

Et, j’ai crocheté un sac à provision, je vous parle bientôt du tuto.

Sac à provision filet

Côté vêtements, j’ai dû acheter quelques articles neufs pour mes filles qui grandissent trop vite! Je suis assez contente car j’ai pu aussi trouver pas mal de vêtements de seconde main. L’absence de vide-grenier dû à la crise sanitaire, n’a cependant pas aidé.

Voilà pour ce bilan, un peu long, de l’année qui s’est écoulée. Année, très spéciale, d’abord épuisante, mais qui nous a permis de cibler beaucoup de projets, et de finalement plus profiter de nos filles.

See you !

Comment je célèbre Ostara ?

Temps de lecture : 3 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver! 🙂
Après Imbolc, nous voilà de plus en plus dans les énergies du printemps, et le dernier sabbat que nous avons célébré est Ostara.

Le sabbat d’Ostara

Ostara est le second sabbat mineur de la roue de l’année. Il symbolise le renouveau de la vie et de la terre, après un hiver froid et dur.
On célèbre la fertilité, avec l’arrivée du printemps, les fleurs apparaissent, les abeilles viennent butiner, les oiseaux font leurs nids et chantent. C’est une période d’énergie fertile pour les projets réfléchis pendant Imbolc.
Cette fête païenne est un sabbat de feu qui célèbre la victoire sur l’hiver.
Les chrétiens se sont appropriés cette fête pour créer Pâques en gardant les symboles de fertilité des païens : oeuf, lapin, poule, poussin.


Il a lieu entre le 20 et le 21 mars. L’équinoxe de printemps est le moment où la nuit et le jour sont d’égales durées.

Ma célébration

Pour célébrer Ostara, nous avons fait une chasse au trésor dans le jardin. Nous avions caché des lapins et des poussins en origami, fait un plan avec les emplacements, et c’était parti pour Pâques !
Ensuite, les enfants ont pu échanger leur trésor contre du chocolat. Le succès a été au rendez-vous !

origami ostara

Retrouvez les modèles d’origami que j’ai utilisé sur le site tête à modeler.

L’année dernière, nous avons fait un échange de plantes organisé par un jardin partagé près de chez nous, où nous avons trouvé de l’ail des ours. Nous avons découvert avec plaisir cette année qu’il avait repris.

ail des ours

Cependant, nous en avons encore trop peu pour tenter des recettes avec cette plante.
Cette plante médicinale est connue depuis bien longtemps par les botanistes, herboristes et médecins. Notamment, on l’utilise en cuisine en raison de ses qualités gustatives. Son nom provient du fait qu’il s’agirait de l’une des plantes que mangent les ours après leur hibernation.
L’ail des ours a un pouvoir de renouvellement et de purification.
En Irlande, il était planté pour porter chance et pour éloigner les fées.
On le connait aussi pour ses propriétés antibactériennes, antibiotiques, et éventuellement antivirales. Il contient des vitamines A et C, du calcium, du fer, du phosphore, du sodium et du cuivre.
Il serait dommage de se priver de ses qualités au printemps !

Toujours créative, j’ai brodé des arbres de vie. Et, j’ai ainsi fêté l’arrivée de bébés dans mon entourage. Je trouve que ce symbole correspond bien aux énergies d’Ostara.

broderie arbre de vie ostara

See you !


Comment est-ce que je célèbre Imbolc ?

Temps de lecture : 3 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver! 🙂
Pour continuer dans les sabbats, je vais vous parler du prochain qui approche : un sabbat majeur venant d’une ancienne fête celte qui célèbre une étape importante de l’année, Imbolc.

Le sabbat de Imbolc

Nous le fêtons le 1er ou le 2 février comme la Chandeleur. D’ailleurs, les crêpes sont un symbole païen. Rondes et jaunes, elles symbolisent le soleil. La Chandeleur est une fête héritée de la culture celte. Pendant Imbolc, les anciens celtes célébraient la déesse Brigid. Ce culte fût repris par l’Église pour la remplacer par Sainte Brigitte.

crêpes d'Imbolc

Imbolc fête le milieu de l’hiver et les premiers signes de retour du Printemps. Ce sabbat est aussi connu sous les noms de “Imblog” ou de “Fête de Sainte Brigid”. Son nom vient du gaélique qui signifie “dans le ventre”. Il est de tradition de fabriquer des croix de Brigid, la veille de Imbolc.

croix de Brigid


Cette période de guérison, purification et renaissance a toujours été fêtée. On peut remonter à la fête des Lupercales de Rome, une fête de purification qui avait lieu le 15 février. Lupercus était le dieu de la fécondité et des troupeaux.

À l’époque, les paysans étaient entièrement dépendants des cycles de la nature et de reproduction des animaux. Les brebis fécondées à l’automne, commençaient à mettre bas et produire le premier lait frais depuis des mois.

Milking cow

Ma célébration

Pour moi, Imbolc est une période où je sors tranquillement de mon hibernation, en même temps que le reste de la nature. On commence à voir les oiseaux préparer leurs nids, les premiers bulbes sortent de terre.

perce neige

Les jours qui rallongent sont une notion d’espoir, la nature s’éveille et la terre se réchauffe. Nous allons commencé à préparer le potager pour les mois à venir.

Imbolc est le symbole de :

  • la guérison, guérison des maux aussi bien physiques que spirituels ;
  • la purification, l’eau a une signification particulière pendant cette période ;
  • la renaissance, c’est la période des premiers agnelages dans les exploitations qui ne surexploitent pas les animaux.
agneau

Pour moi, c’est une période où je commence doucement le tri dans la maison et aussi dans mon esprit. Je prépare les projets à venir, je mets les choses en place sans en faire trop, toujours dans la douceur du rythme d’Imbolc.

J’allume également des bougies pour inviter le soleil et préparer son retour.

bougie

Tout comme ma célébration de Yule, j’aime faire des broderies, j’ai réalisé cette fois-ci une petite décoration d’Imbolc avec la croix de Brigid, un fort symbole pour la protection.

See you !

Source: Wikimedia Commons

Le papier : comment le recycler en papier mâché?

Temps de lecture : 4 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver! 🙂
Pour faire suite à mon article Bilan consommation de papier, où je vous disais que nous avions récupéré le stock de feuilles de brouillons avec les vieux cours d’école de mon mari. Je constate aujourd’hui l’énorme quantité de dessins que peuvent faire deux enfants de 3 et 5 ans. J’en garde quelques uns en souvenir, mais j’avoue que la majorité finit à la poubelle, ou sert pour allumer le feu de la cheminée.
C’est pourquoi je me suis posée la question de leur réutilisation, et j’ai notamment fouillée dans mes souvenirs d’école où nous faisions des objets de fête des mères en papier mâché (petite dédicace à ma maman et ses multiples pots à crayons 😂). J’ai eu envie de replonger dans cette technique.

Recyclage du papier

Les Français sont des consommateurs raisonnables de papiers : 65kg par an par habitant contre une moyenne européenne de 76kg par an par habitant.
Pourtant, moins d’1 papier sur 2 est trié et recyclé, et il reste 1.7 million de tonnes de papiers dans les ordures ménagères.
Le papier est le premier déchet valorisable de nos poubelles. Et parce que sa fibre se recycle jusqu’à 5 fois, le recyclage des papiers associé à la certification participe à une gestion durable des ressources des forêts.

recyclage

C’est pourquoi il est très important de jeter les papiers et emballages (non souillés de gras et débarrassés des restes de nourritures) dans les bacs dédiés qui se trouvent dans votre ville. Vous trouverez plus d’informations sur le site consignesdetri.fr .

Comment faire du papier mâché ?

Le papier mâché est idéal pour recycler son papier ou ses emballages, mais aussi pour faire des bricolages avec les enfants.
Vous cherchez une activité à faire avec vos enfants, et bien lancez-vous avec celle-ci, elle permet par la même occasion de les sensibiliser à l’écologie.

Pour ce premier essai, j’ai fait des papiers ensemencés avec des graines que vous retrouverez dans vos colis, vous pourrez ainsi les planter 🌱. Retrouvez les produits Claddagh And Co, sur ma boutique.

Le matériel

  • des boîtes d’oeufs sans étiquettes ou du papier non plastifié,
  • une bassine,
  • un mixeur,
  • de l’eau,
  • une écumoire,
  • des torchons.
boîtes d'oeufs

La recette de papier mâché

Dans un premier temps, coupez les boîtes d’œufs en petits morceaux puis mettez-les dans la bassine et recouvrez-les d’eau.

boîtes d'oeufs découpées

Laissez détremper les morceaux au moins 24h puis mixez-les.

mixer le papier

Ensuite égouttez la pâte à l’aide d’une écumoire.

papier mâché

Après cela, récupérez la pâte et étalez-la sur des torchons. Ensuite, parsemez votre papier de graines, ou bien de feuilles ou de fleurs séchées. Laissez libre cours à vos envies.

papier recyclé

Il va falloir laisser sécher votre papier près d’une source de chaleur de préférence.

Ensuite, vous pouvez le découper comme vous le souhaitez. Dans mon cas, j’ai choisi de les découper en rond.

papier ensemencé

Pour des projets un peu plus solides, il vous faudra ajouter de la colle. On utilise souvent de la colle pour papier peint, je vous conseille une colle écologique à faire soi-même : la colle de riz.

La colle de riz

A base de riz et d’eau, extrêmement résistante, cette colle d’amidon est idéale pour réaliser tous types de projets créatifs.

Le principe est ultra simple, il suffit de garder l’eau de cuisson de son riz et ensuite de le remettre à chauffer pour qu’il réduise. Ensuite, mettre la colle dans un bocal et la laisser refroidir.

Elle est prête à être utilisée.

Vous pouvez ainsi la mélanger à votre papier mâché pour renforcer sa solidité (environ 1/4 de colle pour 3/4 de pulpe de papier) ou alors pour encoller des vieux papiers du type journaux. Je l’ai notamment utilisée pour faire une piñata pour l’anniversaire de ma fille.

piñata

J’ai utilisé la technique du ballon de baudruche. Il suffit de le gonfler et de recouvrir le ballon de papier journal encollé. Une fois sec, crever le ballon.

Pour ma part, j’ai utilisé des serviettes en papier pour le transformer en tête de lion. Remplie de bonbon, elle a fait le bonheur des enfants !

See you !

Source: Wikimedia Commons

Comment faire ma teinture végétale avec des châtaignes ?

Temps de lecture : 5 minutes

Bonjour mes lecteurs, ravie de vous retrouver ! 😉
J’ai la chance d’habiter près d’une forêt et tous les automnes nous ramassons des châtaignes dans notre jardin. J’adore les manger grillées ou faire de la crème de marron. Et oui, attention la fameuse crème de marron est faite à partir de châtaignes et non pas de marrons.
Les marrons d’inde ne sont pas comestibles, mais peuvent entrer dans la composition d’une teinture mère qui sert à traiter les hémorroïdes.

Histoire de la culture de la châtaigne

Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. Il a une grande longévité et peut dépasser le millénaire.

De beaux spécimens se trouvent dans le secteur de Zonza en Corse du sud, certains écrits mentionnent un sujet vieux de 2500 ans.
La culture du châtaignier s’est développé avec l’apparition des techniques du greffage durant l’Antiquité.
La châtaigne a été d’abord appelée “gland de Zeus”. L’apogée de la culture du châtaignier se situe au 16ème et 17ème siècle où il fût nommé “arbre à pain” car la châtaigne constituait la principale nourriture.

Bogues de châtaignes


Dans les années 1820, des industriels lyonnais découvrent que les tanins du châtaignier permettent de teindre la soie en noir. Il devient plus rentable d’abattre les arbres pour en extraire les tanins que les cultiver pour leur fruit.
Aujourd’hui la châtaigne est devenue un fruit peu consommé en frais, les principaux débouchés sont la conserverie (châtaignes au naturel…) et la confiserie (confiture ou crème de marrons, marrons glacés…).

Le châtaignier chez les celtes

Au temps des celtes, le châtaignier, au large tronc et aux racines puissantes, était considéré comme le gardien de la porte de l’année nouvelle, de l’hiver où rien ne pousse. Les châtaignes nourrissaient hommes et bêtes pendant tout le temps où la nature était morte. C’est le gardien de l’Ouest et arbre de la saison d’automne, un symbole de prévoyance.
Pour les celtes, les arbres étaient sacrés : ils les pensaient habités par les dieux. À chaque date de naissance, correspond donc un arbre protecteur, pour le châtaignier ce sont les personnes nées du 15 au 24 mai et du 12 au 21 novembre, considérées comme des porteuses de lumière. Les celtes ont une vision de l’existence où le concret et l’esprit ne font qu’un.
Les feuilles dentées du châtaignier, en forme de lance, ont inspiré aux Celtes l’image du guerrier incorruptible. Il symbolise la vérité.

Châtaigniers, Pont-Aven Pierre-Auguste Renoir

Utilisation du châtaignier et des châtaignes

Le châtaignier et les châtaignes ont été et sont toujours utilisés dans de nombreux domaines:

  • comme combustible pour se chauffer,
  • la construction de clôtures en agriculture,
  • la tonnellerie,
  • comme charpente dans la construction de bâtiments, même si il a été fortement concurrencé par le chêne,
  • l’ébénisterie,
  • la menuiserie,
  • la vannerie,
  • pour en extraire les tanins,
  • la conserverie pour faire des châtaignes au naturel
  • la confiserie pour faire des confitures, de la crème de marron, des marrons glacés….

Des générations de personnes ont vécues grâce aux châtaigniers. Ils ont développés des savoir-faire aujourd’hui parfois disparus. J’aime me replonger dans les métiers anciens et les techniques anciennes.

Tableau de Paul Charles Chocarne-Moreau. Vendeurs de marrons et de fleurs, mitron, garçon avec cerceau et petit télégraphiste sur un boulevard parisien.

Teinture avec des châtaignes

J’ai toujours entendu parler dans ma famille du brou de noix pour teinter les meubles. Celui-ci est fabriqué à partir de bogues de noix fraîches.
Je me suis dis que j’allais tenter l’expérience avec des bogues de châtaignes puisque j’en ai en quantité dans mon jardin à l’automne.

Attention, ne laissez jamais un enfant faire la manipulation tout seul.

Le matériel

  • un grand faitout émaillé ou en cuivre dédié à la teinture, assez grand pour que vos tissus puissent bouger à l’intérieur,
  • des gants et une cuillère dédiée à la teinture,
  • un tablier ou des vêtements qui ne craignent pas les éclaboussures de teinture !
  • 12 litres d’eau,
  • 700 grs de bogues,
  • 400 grs de tissu (lin + coton) .

J’ai fait le choix de ne pas utiliser d’alun pour mordancer mon tissu, car la bogue de châtaigne contient beaucoup de tanins qui produisent quasiment la même chose. Mes tissus ne sont pas destinés à l’habillement, je préfère donc faire cette teinture le plus naturellement possible.

C’est quoi le mordançage ?

Le mordançage consiste à faire bouillir le tissu dans de l’eau où l’on ajoute une substance chimique, la plus courante étant l’alun potassique ayant pour fonction de créer un pont chimique entre les fibres textiles et les teintures naturelles. Ces dernières n’ont pas suffisamment d’affinités chimiques avec la fibre pour s’y fixer durablement.

Le tutoriel de la teinture à la bogue de châtaignes

Faire bouillir d’abord votre eau.

Teinture végétale

Plonger les bogues dans l’eau et les faire bouillir pendant 20 min. Ensuite les laisser macérer une nuit.

bogues de châtaignes

Le lendemain, les filtrer.

teinture à la bogue de châtaignes

Les bogues ont rejoint le composteur, celui-ci sera excellent pour cultiver mes pommes de terre !
Ensuite faire bouillir le jus obtenu.

teinture

Mettre les tissus dans le faitout et faire bouillir à faibles bouillons pendant 1h.

teinture végétale


Par la suite, rincer les tissus à l’eau froide et les mettre à la machine à laver.

J’ai obtenu des tissus d’un joli brun. Je m’en suis servie comme base pour faire de la broderie, je vous montrerais ça dans un prochain article.

Tissus teint avec des bogues de châtaignes

Si vous vous lancez, n’hésitez pas à partager vos réalisations avec le #claddaghandco et à me poser vos questions!

See you !

Source: Wikimedia Commons